Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

03/07/2016

SIX ANS APRES - L'ENTIER MYSTERE DE LA PHOTO D'ADEN

M. Pierre GUÉRY, descendant de la famille BIDAULT de GLATIGNÉ,  vient de publier un excellent livre consacré à l'oeuvre photographique de son trisaïeul Édouard Joseph : D'un continent à l'autre.

livre Pierre Guéry.jpgCe livre, tout chaud sorti d'impression, a été conçu et réalisé par l'auteur après un long travail de recherche iconographique effectué auprès de différents membres de sa famille (fouille de vieilles malles enfouies dans d'hypothétiques mansardes, antiques albums de photos retrouvés sous les falbalas et les fleurs séchées, au fin fond de tiroirs oubliés...). 

Le travail artistique d'Édouard Joseph BIDAULT de GLATIGNÉ était jusqu'ici essentiellement connu du public à travers l'admirable collection de photographies que possède la Bibliothèque Nationale de France : photos prises, entre 1882 et 1889, lors de ses campagnes africaines (essentiellement en Ethiopie, pays galla et somali, autour de Harrar ou sur les côtes de la Mer Rouge).

M. Pierre GUÉRY complète notre connaissance de l'oeuvre d'É.J BdG, en nous présentant, pour la première fois, une série de photographies un peu plus tardives réalisées sur le continent Américain, entre 1890 et 1893.

Ci-dessous, photographies d'Afrique (Soleillet à Obock - 1882 ou 1884, 3 Jeunes-filles Gallas et Somali - 1888 ou 1889)

[19_phot_d'Obock_par_L_[...]Bidault_L_btv1b7702026f.jpg

 jacques desse,edouard joseph bidault de glatigne,augustine emilie porte,aden,arthur rimbaud,piétro felter,pierre guery,jean-jacques lefrere,alban causse,dutrieux,suel,revoil,ries,tian,jacques bienvenu,catherine magdelenat,mag4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

... photos splendides, d'une grande élégance, témoignant d'un fort souci de composition et d'une riche sensibilité.

 

 -----------------

Lire la suite

03/01/2016

NOUVEAU PORTRAIT D' ARTHUR RIMBAUD : CE PORTRAIT QUI NOUS EMEUHHHH ! (selon Franck Ferrand in Paris Match)

photo rimb ferrand.docx

« Quand l’ombre bave au bois comme un mufle de vache » : A.Rimbaud.

Sans doute est-ce pour achever en beauté 2015 (putain d’année !), que Franck Ferrand nous livre, sur le site de Paris-Match, le 26 décembre, une « version du pauvre » de l’éternelle historiette du portrait retrouvé du maudit poète. 

Malheureusement, n’est pas Jean-Jacques Lefrère qui veut !

Lire la suite

16/11/2015

BAFOUILLE OUVERTE A M. JACQUES BIENVENU

Constatant que vous avez repris sur votre blog, dans un article d'avril 2015 

 - sans me citer une seule fois, avec une année de retard et qui plus est sans humour -

l'intégralité des informations que je donnais déjà, ici, au printemps 2014, à propos de l'étonnant travail de M. Brice POREAU ("quand Brice prit son pied à coulisse")...

... je vous informe donc, par la présente,

cher Monsieur BIENVENU, 

que je viens de commettre 4 courts textes, décortiquant puis passant à la moulinette, un article de Jacques Desse, publié en 2010, et intitulé : "Figurant de toutes les pièces" : Joseph Négoussié, ami de Rimbaud. 

De la même manière, qu'en mai 2014, je m'étonnais de votre peu de réactivité face au canular Brice Poreau, je suis aujourd'hui surpris que cet article de Jacques Desse n'ait pas provoqué, de la part du merveilleux expert abyssinien de l'encyclopédie BARONIAN, la saine et évidente réaction corrective que son contenu impliquait. 

Mais je ne doute pas que vous saurez faire preuve d'un excellent copié-collé de mes articles ... dès l'automne 2016.

Bien à vous

Circeto

http://rimbaudivre.blogspot.fr/2015/03/dans-les-coulisses... 

(un peu de pub ne peut pas faire de mal à votre site et c'est de bon cœur)

12/11/2015

LA VERITABLE HISTOIRE DE JOSEPH NEGOUSSIE (et accessoirement celle de Joseph de GALAN)

Joseph NEGOUSSIE  est donc né en 1828 (merci Mme DESSE), c’est un oromo du Tigré.

Il réside à Massaouah, en novembre 1872, quand Pierre ARNOUX s’y installe. Ayant une bonne connaissance de la langue française, il saura vite se rendre indispensable (secrétaire et interprète) auprès d’ARNOUX dans son projet d’établir des relations commerciales avec le Choa. Pour mémoire ARNOUX reprenait à son compte, les plans sur la comète Obock, chers à de RIVOYRE et à GODINEAU de la BRETONNERIE (décédé à Alexandrie, précisément chez ARNOUX).

Que savons-nous de la vie de Joseph NEGOUSSIE, avant ses 44 ans ? D’évidence pas grand-chose.

Jacques DESSE reprend quelques lignes écrites par de RIVOYRE, nous évoquant son ami NEGOUSSIE de Massaouah (mais est-ce seulement Joseph ?), qui a appris le français dans l’île Bourbon et est mis aux fers, en 1866, à Aden, à la demande d’un créancier mécontent.

Autre information plus fiable, l’évêque MASSAIA, nous présente l’interprète d’ARNOUX comme un ancien élève de la mission lazariste en Abyssinie – crée en 1839 - et nous précise que n’ayant pas la foi, Joseph NEGOUSSIE a été renvoyé par Monseigneur Pierre-Louis BEL. Nous savons aussi que le père COULBEAUX – de 15 ans le cadet de NEGOUSSIE - a été son professeur. Or, Monseigneur BEL a pris la direction de la mission lazariste, en mars 1866 et l’a gardée jusqu’à sa mort en 1869. Nous pouvons donc conclure que Joseph NEGOUSSIE a quitté la mission à un âge déjà bien avancé (au minimum 38 ans).   

Joseph NEGOUSSIE sera de tous les voyages d’ARNOUX : il le suivra, à Marseille, en 1873, dans sa vaine quête de capitaux auprès des riches commerçants de la ville, il l’accompagnera ensuite à Aden, puis au Choa, en septembre 1874. Selon l’évêque MASSAIA, NEGOUSSIE fut le principal responsable des querelles qui éclatèrent entre ARNOUX et ses associés, mais ARNOUX lui gardait une confiance inébranlable – sans doute, lui était-il trop utile dans les négociations qu’il conduisait (avec succès) avec le roi MENELIK. Ce n’est qu’à son retour du Choa, à Zeilah, en août 1876, qu’ARNOUX comprit la véritable motivation de son secrétaire. Avec la complicité de GABRE TAKLE (autre « protégé » d’ARNOUX et co-responsable de la caravane) ainsi que de la petite entreprise ABOU BEKER père et fils, il fût proprement fait main basse sur les marchandises que le français ramenait.

Joseph NEGOUSSIE – après s’être disputé avec GABRE TAKLE – reprit prudemment le chemin du Choa afin de présenter au souverain, tout à la fois ses hommages, ses services et une version honorable (pour lui) des évènements qui s’étaient déroulés, se débrouillant pour charger comme une mule (animal fétiche des Négoussiades ) son complice. Cette version – et les indéniables qualités d’adaptation de Joseph NEGOUSSIE- durent plaire à MENELIK puisque les vingt années suivantes voient notre homme exercer, auprès du roi, un rôle de plus en plus important. Sa bonne connaissance du français sera de fait très utile pour MENELIK dans le cadre de sa politique d’échange avec les puissances coloniales, française bien sûr mais aussi italienne. Il est l’interprète obligé des conversations, le traducteur des courriers envoyés au pape, aux rois et autres présidents. C’est l’alaka Joseph, le lettré de la cour. En 1882, SOLEILLET le rencontre et dit se méfier beaucoup de lui ; de même BORELLI, en 1886. Mais tous reconnaissent sa capacité et le fait qu’il soit incontournable. Peu d’européens parlent en effet correctement l’amharique (ILG est une exception).

En mars 1889, à la mort de JOHANNES, MENELIK devient empereur d’Ethiopie. L’Italie, qui a toujours misé sur MENELIK entend alors pousser son avantage à travers la signature, en mai 1889, d’un traité d’amitié et de paix (comprendre « protectorat »), entre les deux pays : le traité de Wuchale (Ucciali in italiano). Une ambassade éthiopienne est alors très vite envoyée à Rome, avec à sa tête MAKONNEN (cousin de MENELIK et père du futur HAYLE SELASSIE) et notre Joseph NEGOUSSIE, nommé avant son départ gherazmatch (général). Ils reviendront en Ethiopie, un peu avant la fin de l’année 1889.

L’Histoire a retenu le rôle qu’a joué, dans le déclenchement de la première guerre italo-éthiopienne, l’erreur de traduction commise (volontairement, involontairement ?) entre la version italienne de l’article 17 de ce traité et sa version en amharique (la version italienne entérinait de fait le protectorat diplomatique de l’Italie sur l’Ethiopie tandis que l'autre laissait une latitude de décision à l’Ethiopie pour utiliser ou non l’Italie comme représentant diplomatique). Le pot aux roses ayant été découvert par l’empereur (grâce à la sagacité et aux connaissances linguistiques d’ILG), le comte ANTONELLI (représentant italien, au Choa, depuis de longues années) fut convoqué, en 1890, à la cour, pour quelques échanges linguistiques un peu vifs.

Quel rôle exact a joué Joseph NEGOUSSIE dans cette affaire ? Est-il responsable de cette erreur de traduction, comme semble l’affirmer, dans son article, Jacques Desse ?

Tel était bien l’avis des italiens, et notamment celui exprimé par ANTONELLI, qui reprochait à Joseph NEGOUSSIE de ne pas avoir fait correctement son travail et d’avoir mal informé l’empereur. Mais cet argument fut réfuté par l’empereur, qui rappela au comte que, si Joseph NEGOUSSIE parlait et écrivait correctement le français, il était totalement incompétent en italien ; d’ailleurs la traduction en amharique avait été effectuée à partir d’une traduction française - rédigée par ANTONELLI lui même - de la version italienne et non à partir de la version originale

Pour les amateurs de précisions concernant ces évènements, je conseille la lecture passionnante de Between the Jaws of Hyenas : A Diplomatic History of Ethiopia, 1876-1896, de Richard Alan Caulk et Bahru Zewde. Vous y croiserez notre Joseph NEGOUSSIE mais aussi Joseph de GALAN, qu’ANTONELLI – dont il est proche - met pleinement à contribution.

Grâce à divers témoignages (récits de voyageurs, coupures de presse, courriers de l’empereur), nous pouvons suivre la trace du gherazmatch Joseph NEGOUSSIE - toujours présenté comme l’un des personnages très proches de MENELIK - jusqu’en avril 1899 (mission MARCHAND). Il a alors soixante-et-onze ans et l’on peut supposer qu’il approche de la fin de son mandat (mouvementé) sur cette terre.                                                  

pierre arnoux,denis de rivoyre,godineau de la bretonnerie,alexandrie,pierre-louis bel,gabré takle,abou beker,haylé sélassié,ilg,antonelli,figurant de toutes les pièces,"figurant de toutes les pièces",joseph négoussié,ato joseph,alaka joseph,gherazmatch joseph,joseph de gälan,choa,ménélik,mer rouge,rimbaud,henry de monfreid,aden,jacques desse,la revue des ressources,éthiopie,massaïa,circeto,saint pétersbourg,1895,léontiev
Joseph Négoussié
(photo de Léopoldo Traversi)

 pierre arnoux,denis de rivoyre,godineau de la bretonnerie,alexandrie,pierre-louis bel,gabré takle,abou beker,haylé sélassié,ilg,antonelli,figurant de toutes les pièces,"figurant de toutes les pièces",joseph négoussié,ato joseph,alaka joseph,gherazmatch joseph,joseph de gälan,choa,ménélik,mer rouge,rimbaud,henry de monfreid,aden,jacques desse,la revue des ressources,éthiopie,massaïa,circeto,saint pétersbourg,1895,léontiev

 

 

 

 

 ______

 

pierre arnoux,denis de rivoyre,godineau de la bretonnerie,alexandrie,pierre-louis bel,gabré takle,abou beker,haylé sélassié,ilg,antonelli,figurant de toutes les pièces,"figurant de toutes les pièces",joseph négoussié,ato joseph,alaka joseph,gherazmatch joseph,joseph de gälan,choa,ménélik,mer rouge,rimbaud,henry de monfreid,aden,jacques desse,la revue des ressources,éthiopie,massaïa,circeto,saint pétersbourg,1895,léontiev

 

 

 

 

 

 

 

 Joseph de Galan
(photo de Léopoldo Traversi)

pierre arnoux,denis de rivoyre,godineau de la bretonnerie,alexandrie,pierre-louis bel,gabré takle,abou beker,haylé sélassié,ilg,antonelli,figurant de toutes les pièces,"figurant de toutes les pièces",joseph négoussié,ato joseph,alaka joseph,gherazmatch joseph,joseph de gälan,choa,ménélik,mer rouge,rimbaud,henry de monfreid,aden,jacques desse,la revue des ressources,éthiopie,massaïa,circeto,saint pétersbourg,1895,léontiev

 

 

 

 

D’après SOLEILLET qui le rencontre, en 1882 ou 1883, dans la station « scientifique » italienne de Let Maréfia (terre proche d’Ankober, que MENELIK avait mise à la disposition du marquis ANTINORI, en 1877), Joseph de GALAN (parfois nommé dans la littérature germanophone Joseph ZAGALAN) aurait été élevé, à Marseille, en 1873, par les frères capucins, à l’initiative de monseigneur MASSAIA. Or MASSAIA arrive au Choa, en 1856. Autre témoignage – cette fois photographique – le portrait de groupe de la délégation éthiopienne, présente à St Pétersbourg, en 1895, nous montre un Joseph de Galan, n’ayant sans doute pas dépassé de beaucoup la trentaine.

Il n’est donc pas totalement aberrant de penser que Joseph de GALAN soit né à la fin des années 50. Il avait ainsi une vingtaine d’années quand le roi MENELIK le retira de la mission capucine du Choa, où il travaillait, afin de l’affecter (probablement fin 1879, quand MASSAIA sera chassé du Choa), comme interprète auprès des italiens de Let Maréfia.

On déduit de ceci, qu’il pratiquait correctement l’italien et qu’il aurait sans doute été techniquement plus simple de faire appel à lui, plutôt qu’à NEGOUSSIE, pour la traduction du traité de Wuchale. Techniquement plus simple certes mais politiquement plus dangereux, comme NEGOUSSIE aurait pu le souffler à l’oreille du souverain : n’était-il pas sans risques, en effet, de confier la traduction d’un tel acte, à un familier de la colonie italienne de Let Maréfia si proche du comte ANTONELLI ?

Ce jeune Joseph représentait une menace potentielle pour le secrétaire des affaires étrangères du roi. Nous savons comment est la nature humaine, aussi aurons-nous du mal à croire que NEGOUSSIE ait beaucoup cherché à favoriser l’ascension de son confrère plus jeune et moins introduit (comme pourrait dire Jacques DESSE).

Si, en 1886, MENELIK envoie Joseph de GALAN en mission diplomatique auprès des italiens, à Assab, puis à Aden, c’est en revanche Joseph NEGOUSSIE, porteur de son titre tout frais de gherazmatch, qui accompagnera MAKONNEN, en Italie (1889). On comprend donc que l’ambitieux Joseph de GALAN ait dû emprunter des chemins de traverse pour tenter de faire sa place au soleil éthiopien.

Ainsi, à la façon d’un NEGOUSSIE devenant secrétaire d’ARNOUX afin de favoriser sa propre ascension, le jeune Joseph changea –t-il opportunément de comte, quand, en 1895, le cours de l’action italienne s’avéra totalement dévalué. Adieu comte ANTONELLI, place au comte Nicolay LEONTIEV et vive l’emprunt russe !

Joseph de GALAN a bien choisi son nouveau protecteur. Les voyages en Europe se multiplient, de 1895 à 1898 (Russie, Italie, Turquie…), les embrassades succèdent aux ambassades. La délégation éthiopienne est ainsi reçue à bras ouverts et à bouche que veux-tu par Nicolas II et le tout St Pétersbourg. Le tsar garantit l’Ethiopie de son aide face au danger italien.

Ce sont les années fastes et folles d’Ato Joseph de GALAN, qui se présente, dans les différentes cours européennes, comme secrétaire de l’empereur, tandis que le gherazmatch NEGOUSSIE vieillit au pays. Mais les anciens pratiquent l’art d’attendre.

Au premier faux-pas (une histoire de détournement d’armes impliquant LEONTIEV et ses proches ), quelque temps après son retour au pays, Joseph de GALAN se retrouve enfermé sur ordre de MENELIK. Nous sommes fin 1898, début 1899, l’ascension est stoppée.

La suite montre un Joseph de GALAN, installé à Djibouti, à l’orée du siècle –vingtième du nom. Il se prétend – et sans doute l’est-il - représentant de MENELIK et intermédiaire incontournable pour les occidentaux en mal d’affaires. Ceci est sans doute une sorte d’exil plaqué-or. Il aime jouer au vice-consul de la place mais n’a pour titre que son simple Ato (monsieur).

Sans doute, Joseph NEGOUSSIE est-il mort, septantenaire, au tournant du siècle.

Au cours des années 1910, Ato Joseph de GALAN semble définitivement incrusté à Djibouti, où il exerce toujours sa mystérieuse activité d’interprète diplomatique et de représentant officieux du négus. En 1917, Joseph de GALAN effleure la soixantaine et Henry de Monfreid le présente sous les traits d’un vieillard, ce qui démontre une fois de plus qu’on vieillit mal, sous ses climats (surtout quand on a abusé de la vodka).

Et Rimbaud dans tout ça me direz-vous ? Eh bien, rien à voir, mais nous avons l'habitude !

 

Circeto

04/11/2015

« JACQUES DESSE : FIGURANT DE TOUTES LES PIECES ?» / MARRIS JOSEPHS . 3

Une fois démontré que Joseph Négoussié n’est pas l’homme jeune appartenant à la délégation éthiopienne présente à St Pétersbourg  en 1895, résolvons, maintenant, le pseudo mystère Joseph Négoussié qui semble tant avoir intrigué Jacques Desse.

 « Le bon bout de la raison » - disait un autre Joseph - « il faut toujours prendre le problème par le bon bout de la raison » ! Pourquoi Jacques Desse n’a-t-il suivi ce conseil !

 S’il semble extraordinaire que Joseph Négoussié ait vécu près d’un siècle, qu’il ait été « de toutes les pièces » et se soit incarné sous tant d’avatars, le « bon bout de la raison » nous souffle qu’il ne s’agit peut-être pas d’un seul personnage mais de plusieurs, qu’un travail de recherche d’évidence bâclé n’a pas détectés.

Passons donc en revue les multiples métamorphoses du personnage, telles qu’elles sont citées dans l’article :

Le Yassouf Négoussié de Massawa (1873) ; le Joseph Négoussié d’Arnoux (Massawa puis Choa 1873 à 1875) ;  le Joseph interprète de la station italienne de Let-Maréfia (1884) ; l’alaka Joseph, secrétaire des affaires étrangères de Ménélik (1888) ;  le domestique de Rimbaud (1889 ?) ; le ghérazmatch (général) Joseph Négoussié – « ami » de Rimbaud », partant avec Makonnen pour l’Italie (1889), qu’Ilg confirme être l’alaka et Soleillet  assure être le Négoussié d’Arnoux ;  l’Ato Joseph, secrétaire personnel de Ménélik, accompagnant Léontiev dans ses voyages en Russie, au Vatican et en Turquie (de 1895 à 1898) et que Ménélik met en prison lors de son dernier retour;  le ghérazmatch  Négoussié rencontrant la mission Marchand (1899) ; l’Ato Joseph / Joseph de Gälan, interprète diplomatique, « quasi-consul », rencontré par Hugues le Roux à Djibouti (1901) ;  enfin  l’Ato Joseph, trafiquant d’armes à Djibouti, cité par Henry de Monfreid (jusqu’en 1917) - un Henry de Monfreid jurant que ce Joseph avait préalablement été au service de Rimbaud, puis de Léontiev.

Reconnaissons que pour un non spécialiste de l’Ethiopie (et de Rimbaud), comme l’est notre ami Jacques Desse (mais alors pourquoi poser à l’expert pour la galerie ?), on peut s’y perdre ! Et Jacques s’y perd corps et biens, mêlant les noms en un fatras indescriptible (où a-t-il trouvé un Ato Joseph Négoussié en Russie ?).

Le « bon bout de la raison », Jacques ! Le « bon bout de la raison » !

Autre détail curieux, qui aurait dû vous mettre sur la voie de la sagesse : vous nous décrivez un Ato Joseph revenant à Addis Abeba, en 1898, jeté en prison sur décision de l’empereur, mais réapparaissant, comme par enchantement,  l’année suivante, en grande tenue de général auprès de la mission Marchand. Bizarre, non ?  

Plus étrange encore, deux ans plus tard, le revoilà rétrogradé simple Ato. Vous nous précisez qu’il porte alors la particule (sic !) : Joseph de  Gälan. Un peu de sérieux, Jacques, nous sommes au pays du roi des rois,  pas chez Alcazar ou Tapioca !

N’était-il pas plus cohérent de vous demander s’il n’y avait pas (au minimum) 2 hommes, au lieu d’un seul ? Par exemple un Joseph Négoussié (devenu général) et un Joseph de Gälan (resté de bout en bout simple Ato) ? Essayez, vous vous apercevrez que l’histoire s’éclaircit alors singulièrement !

Certes, on l’a vu par le passé, la logique n’est pas votre première passion, mais, il y avait un moyen -  plus classique - vous permettant de parvenir à la même conclusion : il suffisait de  travailler réellement  le sujet, de compulser les bons ouvrages. Presque tout est aujourd’hui sur internet, à la portée du premier venu. Vous auriez pu ainsi mettre la main sur quelques documents où ces 2 Josephs sont clairement distingués l’un de l’autre.

N’étant pas dans la posture (ni au masculin ni au féminin), je ne vous encombrerai pas de citations multiples ou d’une foultitude d’annotations de bas de page.  Je vous conseillerai juste la saine lecture de 3 textes éclairants : 

1---Between the Jaws of Hyenas : A Diplomatic History of Ethiopia, 1876-1896,de  Richard Alan Caulk et Bahru Zewde.

Je vous recommande particulièrement la page 55, où apparaît l’origine du nom Joseph de Gälan, précisément utilisé pour distinguer ce simple Ato Joseph du déjà fameux Joseph Négoussié, secrétaire des affaires étrangères.  Vous verrez qu’on est loin de la noble particule.

https://books.google.fr/books?id=ZJLCZT7MW08C&pg=PA32...

Tous les 2 sont lettrés et traducteurs (Ato Joseph de Gälan, à Let Maréfia et  Alaka Joseph Négoussié au « château ») – telle était la chausse-trappe où vous êtes, de bon cœur, tombé.

Pour l’anecdote, on déniche dans ce livre remarquable, un passage mettant en scène une querelle - à distance - entre les 2 Josephs, sur la traduction de certains mots clefs des traités italo-éthiopiens.   

2---Voyages en Ethiopie (janvier 1882-octobre 1884)  notes, lettres et documents divers, de Paul Soleillet

 https://archive.org/stream/voyagesenthiopi00solegoog/voya...

Soleillet nous rapporte incidemment ses rencontres successives avec les 2 Josephs :  l’Alaka Joseph - premier secrétaire et interprète du roi - dont il se méfie grandement et Monsieur Joseph de Let Maréfia - un gouragué, élevé à Marseille par les capucins, sur décision de l’évêque Massaïa -  qu’il semble apprécier.   

3—Les missions catholiques - Bulletin hebdomadaire (tome 30, 1898)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k105638g/f137.item.r...

 On y trouve un courrier, en date du 4 février 1898, adressé par le père lazariste Coulbeaux, au père Fiat, supérieur général  de la congrégation de la mission et de la compagnie des filles de la charité.  Le père Coulbeaux y narre sa rencontre le 2 février 1898, à Addis Abeba, avec Ménélik, en présence du gherazmatch Joseph (chancelier de l’ordre de l’étoile d’Ethiopie et secrétaire du roi des rois), qu’il affirme être l’un de ses anciens élèves de la mission lazariste en Abyssinie.

Or, à cette même date, vous le savez, le second Joseph (Ato Joseph de Gälan) est, à plusieurs milliers de kilomètres de là,  en Turquie, en compagnie de Léontiev.

Pas plus que pour un certain Dutrieux, du côté d’Aden,  je ne crois là, Jacques,  à une possibilité de téléportation, entre les 2 continents.

Il y avait donc 2 Josephs distincts et la photo que vous avez présentée ne peut - au mieux - être que celle de Joseph de Gälan, certainement pas celle de l’ « ami » de Rimbaud.

Notre belle fable du « figurant de toutes les pièces » ?  Il y avait une doublure cachée !

Encore un tour de passe-passe raté ?

 

Circeto  

 

03/11/2015

« FIGURANT DE TOUTES LES PIECES » / MARRI JOSEPH . 2

Si vous avez aimé la fable photographique du Rimbaud d’Aden, vous adorerez Joseph Négoussié, l’incroyable homme aux 2 visages, créé par le même auteur pour un public friand de sensations (toutes relatives) !  Même méthode, même effet  - tous deux de manche(s) !

 

Lire la suite

27/10/2015

« FIGURANT DE TOUTES LES PIECES » / MARRI JOSEPH. 1

http://www.larevuedesressources.org/IMG/pdf/Negoussie_la_revue_des_ressources.pdf

C’est sous ce titre « FIGURANT DE TOUTES LES PIECES », qu’en novembre 2010, Jacques DESSE fit paraître sur le site de la Revue des ressources, une vingtaine de pages consacrées  à un « ami » de Rimbaud : Joseph Négoussié, interprète  de Ménélik, roi du Choa.  L’article suivait de seulement 2 mois, la publication, sur ce site, du pavé de quarante pages, lancé à 4 mains (dont au moins 2 du même), dédié à la fameuse photo du coin de guéridon d’Aden  « Rimbaud, Aden, 1880 : histoire d’une photographie » (voir intégrale des  épisodes précédents).

Lire la suite

03/01/2015

LETTRE ADRESSEE AU DOCTEUR BRICE POREAU (le 11 décembre 2014)

Bonjour M. POREAU, 

Je vous avais adressé en mai/juin derniers 2 mails restés malheureusement sans réponse. Mais sans doute votre adresse mail de l'époque n'était pas la bonne. Je vous réécris donc à cette nouvelle adresse qu'on me garantit être bien la votre. 

Lire la suite

07/12/2014

LETTRE ENTROUVERTE A M P.L. (directeur du labo 2SHEP/ Université Lyon 1)

Bonjour M. le directeur, 

En mars dernier, M. BRICE POREAU, présenté comme chercheur-enseignant associé au Laboratoire d' anthropologie anatomique et de paléontologie de l'Université Lyon 1, faisait paraître une thèse qui fit alors grand bruit médiatique. 

Lire la suite

27/06/2014

HOMMAGE A NOS LIBRAIRES ASSOCIÉS (billet doux)

-"C'était un bonheur, mais c'était juste" : poète anonyme.

Je suis sincèrement admiratif de l'impeccable travail abattu, depuis 4 ans, par les Libraires Associés : cette remarquable captation de l'héritage rimbaldien, laissé malencontreusement (mais heureusement !) en déshérence par ses héritiers putatifs. On comprend que ceux-ci soient aujourd'hui légèrement furax.

Lire la suite

13/06/2014

RIMBAUD A ADEN / A SERGE FILIPPINI, AUTEUR DE RIMBALDO

rimbaldo de gratiné..JPG - aux éditions de la table ronde (le cycle Arthurien s’imposait)

 

« L’histoire racontée dans ce livre est une fiction. Elle met en scène 7 personnes figurant sur une photo prise à Aden en 1880. L’auteur a conservé leurs noms ainsi que certains éléments de leur biographie puisés à différences sources, mais la plupart des éléments qui contribuent à faire d’eux des personnages sont le fruit de son imagination »

 

Lire la suite

03/06/2014

MAINTENANT EN VERSION COLORISEE ...

https://www.facebook.com/pages/Rimbaud-ETAIT-UN-AUTRE/865...

Lire la suite

29/04/2014

RIMBAUD A ADEN / LES EXPERTS SAISON 3 / BRICE POREAU 2

QUAND BRICE  PRIT SON PIED...A COULISSE (suite et sans doute pas fin)

« Sur la photo, c’était bien Rimbaud » (L’Express),  « Les experts ont identifié Rimbaud » (Nouvel Obs), « Le cliché d’Arthur Rimbaud adulte finalement authentifié » (Le Point), « Rimbaud dans son jardin d’Aden » (Libération) : voici quelques uns des titres définitifs (forcément définitifs - une nouvelle fois définitifs) publiés dans les magazines en ligne en ce début avril 2014 et même pas le 1er. J’ai bien entendu un petit faible pour le titre de mon copain Leménager qui nous sert d’entrée de l’Expert (référence télévisuelle) : mon terrain de jeu favori sur ce blog.

 

Lire la suite

28/04/2014

RIMBAUD A ADEN / LES EXPERTS SAISON 3 / BRICE POREAU 1

 

ET BRICE PRIT SON PIED ...A COULISSE 

(précision au centième de millimètre) 

 

 

Avouons d’entrée mon innocence et ma naïveté !

 

Il y a un an - parvenu au bout du fastidieux jeu des 7 erreurs que j’avais eu l’imprudence de démarrer, en 2012, devant le florilège de billevesées (toutes plus étayées les unes que les autres) et d’articles (de plus ou moins  bonne foi) relatifs à la découverte de la photo dite du coin de table adénique - j’avais constaté, avec plaisir, que les regards de la blogosphère s’étaient enfin tournés vers d’autres horizons et crû benoîtement que nos vaillantes troupes d’experts avaient regagné leurs chauds pénates. Ce qui me conduisit alors à faire de même, à la plus grande joie de mes charentaises (fourrées) d’exégète en chambre.   

 

Lire la suite

11/01/2013

BONS VENTS 2013 aux experts de tous bords ...

le fondateur pose la pierre
les continuateurs prennent la pose,
les exégètes enfin prennent la prose en otage.

(ça n'empêchera pas l'herbe de pousser, les promeneurs de cheminer, les réveillons de cotillonner)

 

 

Lire la suite

07/04/2012

RIMBAUD A ADEN / LE JEU DES SEPT ERREURS (7-2) :

ERREUR N° 7: Arthur RIMBAUD – La légende « toute goldée »  (suite et ouf !)

 

« Pour les naufragés »- A. Rimbaud

 

Comme il est écrit dans l’article d’Histoires L.ittéraires d’avril 2010 (ça ne nous rajeunit pas !), tout a commencé, pour nos découvreurs en photo rimbaldo-yéménite, par un  flash de pure subjectivité, valant son pesant de plumes d’autruches : « Parmi ces Européens (…) celui qui est assis sur la droite et qui semble le plus jeune, attire l’attention, tant par la singularité de son attitude que par l’intensité de son expression. Ce regard sans aménité nous rappelle quelqu’un ».

Lire la suite

27/10/2011

RIMBAUD A ADEN / LE JEU DES 7 ERREURS (7-1)

ERREUR N° 7: Arthur RIMBAUD – La légende « toute goldée »  (1ère partie)

 

« Les contes osent tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnaît » - (M. Audiard)

 

Si pour Victor Ségalen, de passage à Aden, en 1909, Rimbaud était « une perpétuelle image » qui revenait « de temps à autre sur sa route », dans le conte de nos experts en rimbaldologie appliquée, la « chère image » du poète obstrue, quant à elle, tout le chemin.

 

Lire la suite

07/07/2011

RIMBAUD A ADEN / LE JEU DES SEPT ERREURS (6):

ERREURS N° 4, N° 5 et N° 6 : Suel, Dubar, Hunter : trois hommes pour un pyjama.

«En effet, ils furent rois, toute une matinée… » : A. Rimbaud

ERREUR N° 6. Frederick Mercer Hunter :

« …le petit frère (il est aux Indes)… » : A. Rimbaud

 

La première apparition du capitaine F.M Hunter dans le conte de nos experts est concomitante de celle de l’explorateur Georges Révoil et date de l’article de J-J Lefrère, du 5 juin 2010, publié sur les sites internet de L’Express et du Nouvel Obs.

On y apprend notamment, qu’en août 1880, le capitaine Hunter était le second assistant du résident politique britannique d’Aden et que son nom est cité dans la correspondance de Révoil aux sociétés de géographie de l’époque, où l’explorateur dresse de ce militaire un portrait sympathique, montrant un homme féru de culture locale (auteur d’une grammaire somali) et qui lui rend de signalés services.

Mais dans cet article de  J-J Lefrère, le capitaine Hunter n’est rien de plus qu’une connaissance de Révoil parmi d’autres, tels le major G.R. Goodfellow et le négociant César Tian. Son jour de gloire n’est pas arrivé ; il n’est pas encore à l’image ! Il devra attendre quelques mois.

Et pour cause !

 

Lire la suite

05/06/2011

RIMBAUD A ADEN / LE JEU DES SEPT ERREURS (5):

 

ERREURS N° 4, N° 5 et N° 6 : Suel, Dubar, Hunter : trois hommes pour un pyjama.

 

«En effet, ils furent rois, toute une matinée… » : A. Rimbaud

 

ERREUR N° 5. François A(i)mable Dubar :

 

« Cachez les palais morts dans des niches de planches ! » : A. Rimbaud


 

Il a été conté, dans le précédent épisode, comment, pour une bête histoire de bague, Jules Suel se fit injustement chiper son fauteuil de maître de céans, par son beau-frère Dubar.

 

Pour les tenants du mythe Rimbaud, se croyant (à tort) forcés de dénicher, à la va-vite, un suppléant à Suel, Dubar avait le triple avantage de fleurer bon la cinquantaine, d’être notoirement marié à la sœur de Suel, et d’avoir recruté le poète aux élastiques près de son coeur, à la factorerie Bardey d’Aden, le 16 août 1880.

 

Lire la suite

25/05/2011

RIMBAUD A ADEN / LE JEU DES SEPT ERREURS (4):

ERREURS N° 4, N° 5 et N° 6 : Suel, Dubar, Hunter : trois hommes pour un pyjama.

 

"En effet ils furent rois toute une matinée..." : A. Rimbaud

 

 

ERREUR N° 4. Jules Suel 

  

«Il sentit sa main aux mains chargées de bagues… » : A. Rimbaud

 

Suite au travail de recherche effectué par M. Pabst à l’automne 2010, il semblerait aujourd’hui acquis que l’homme en « pyjama » à carreaux, trônant au centre de la photo, soit Jules Suel, le propriétaire de l’hôtel d’Aden, où la photo dite du « coin de table » a été prise.

 

Rappelons que c’était précisément  l’hypothèse avancée (sans conditionnel, cette fois), par J-J Lefrère, le 16 avril 2010, bien avant tout le monde, dans un article paru sur lemonde.fr : «  Autour de lui (Lui !) notamment Jules Suel, en costume à carreaux, propriétaire de l’hôtel de l’Univers ».

 

Lire la suite

04/04/2011

RIMBAUD A ADEN / LE JEU DES SEPT ERREURS (3)

ERREUR N° 3: L’explorateur Georges Révoil, en barbu de gauche.

 

«…et pressentant violemment Révoil » - (A. Rimbaud)

 

 

Georges Révoil, explorateur photographe, apparaît de façon assez tardive dans la mythologie bâtie par nos experts autour du « coin de table à Aden ». C’est un peu l’ouvrier de la onzième heure de l’histoire. Mais lui, en plus du denier réglementaire, aura droit au veau gras tout entier.

 

révoil,gunthert,rimbaud,arthur rimbaud,rimbaud était un autre,hôtel de l'univers,coin de table à aden,aden,photo,photographie,dutrieux,lucereau,riès,suel,jean-jacques lefrère,jacques desse,libraires associés,brice poreau,circeto,bibliobs,l'express,le point,le figaro,le monde,l'union,libération

Lire la suite

14/02/2011

RIMBAUD A ADEN / LE JEU DES SEPT ERREURS (2)

ERREUR N° 2: La datation experte de la photographie « du coin de table à Aden ».

 

«Ô très paisibles photographes » - (A. Rimbaud)

 

 

Le 15 mai 2010, sur son blog, M. Gunthert, mettait en ligne un article intitulé « Rimbaud, la photo infidèle à l’icône ».

 gunthert,rimbaud,arthur rimbaud,rimbaud était un autre,hôtel de l'univers,coin de table à aden,aden,photo,photographie,dutrieux,lucereau,riès,suel,jean-jacques lefrère,jacques desse,libraires associés,brice poreau,circeto,bibliobs,l'express,le point,le figaro,le monde,l'union,libération

Lire la suite

12/02/2011

RIMBAUD A ADEN / LE JEU DES SEPT ERREURS (1)

ERREUR N°1: Les frères Alfred et Pierre BARDEY  en « barbus de  gauche », version 1.

 

« Je vis assis tel qu’un ange aux mains d’un Bardey » - (A. Rimbaud)

 

Si vous n’avez pas pris le temps de suivre tous les rebondissements de l’affaire de la photo dite du « coin de table » et n’avez découvert que tout récemment l’ineffable humour caustique de MM Lefrère et Desse, dont M. Bienvenu semble être devenu une cible de prédilection, sans doute serez vous surpris d’apprendre, que nos expertissimes amis, ont eux aussi connu, à l’égal d’un vulgaire spécialiste/entre guillemets/de Rimbaud, leur propre crise confusionnelle  Bardey-ique. Mais ne s’étant jamais mouché du pied, là où un simple Bienvenu apercevait péniblement un seul et malheureux Bardey, eux, du premier regard, en débusquaient tout  un couple.  

 

Lire la suite

11/02/2011

RIMBAUD A ADEN / PAROLES D’EXPERTS n° 2 : LE JEU DES SEPT ERREURS

 

Réduire la défense d’un scénario qui prend l’eau, aux seules erreurs passées d’un confrère en expertise, préférer l’attaque ad hominem à l’argumentation étayée, sont non seulement des symptômes révélant une inspiration soudain asséchée, mais aussi des activités intellectuelles toujours délicates, car non exemptes de dangers. On expose ainsi souvent, bien inutilement, son ego,  aux rudes joies physiques que procure toujours ce phénomène de mécanique simple connu sous le terme scientifique de  « bon vieux retour de manivelle ».

 

Si nous avons exposé dans un précédent article quelques uns des égarements passés de M. Bienvenu, il nous faut tout de suite concéder qu’au jeu des « 7 erreurs », M. Bienvenu n’a pas encore conquis, là non plus, tous ses « galons » d’experts et reste, somme toute, un modeste amateur .

 

Ne perdons donc plus de temps : «  Place aux experts ! ».

 

rimbaud,arthur rimbaud,rimbaud était un autre,hôtel de l'univers,coin de table à aden,aden,photo,photographie,dutrieux,lucereau,riès,suel,jean-jacques lefrère,jacques desse,libraires associés,brice poreau,circeto,bibliobs,l'express,le point,le figaro,le monde,l'union,libération 

Lire la suite

10/02/2011

RIMBAUD A ADEN / PAROLES D’EXPERTS n° 1 : BARDEY ET LA PETITE LAINE

 

« Ecoutez donc les bienvenus semer les choses printanières » (A. Rimbaud)

Depuis que M. Bienvenu tente de faire passer dans différents médias sa récente identification du docteur Dutrieux, comme personnage clef de la photo dite du « coin de table à Aden », personnage clef puisque permettant de dater cette photo de la première quinzaine de novembre 1879, et par là même d’en exclure tout poète symboliste, M. Lefrère et ses amis libraires multiplient les articulets ironiques, se gaussant de ce « spécialiste de Rimbaud » (on appréciera tout le sel de ces guillemets) qui « tente de gagner ses galons sans avoir publié un seul livre sur le sujet ».

Lire la suite

09/02/2011

RIMBAUD A ADEN ? / VIE ET OEUVRE EXTRAORDINAIRES DU DOCTEUR DUTRIEUX

 

 

rimbaud,arthur rimbaud,rimbaud était un autre,hôtel de l'univers,coin de table à aden,aden,photo,photographie,dutrieux,lucereau,riès,suel,jean-jacques lefrère,jacques desse,libraires associés,brice poreau,circeto,bibliobs,l'express,le point,le figaro,le monde,l'union,libérationrimbaud,arthur rimbaud,rimbaud était un autre,hôtel de l'univers,coin de table à aden,aden,photo,photographie,dutrieux,lucereau,riès,suel,jean-jacques lefrère,jacques desse,libraires associés,brice poreau,circeto,bibliobs,l'express,le point,le figaro,le monde,l'union,libération

 

 

 

 

rimbaud,arthur rimbaud,rimbaud était un autre,hôtel de l'univers,coin de table à aden,aden,photo,photographie,dutrieux,lucereau,riès,suel,jean-jacques lefrère,jacques desse,libraires associés,brice poreau,circeto,bibliobs,l'express,le point,le figaro,le monde,l'union,libération

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre-Joseph DUTRIEUX est né à Tournai le 19 juillet 1848 et mort à Paris, le 30 janvier 1889. Il est enterré au cimetière Sud de Tournai, carré 7, concession 407 (avec sculpture). Ainsi, nos vies, plus tard, seront-elles résumées !

 

Lire la suite

31/01/2011

RIMBAUD A ADEN ? / DOCTEUR DUTRIEUX, THE ETERNEL RETOUR (sur site)

Dans le dernier (but not least) texte des libraires, une phrase est à retenir : « La ressemblance entre Dutrieux et le barbu d’Aden (sic) paraît nette, elle a surtout frappé ceux qui militent contre la présence de Rimbaud ».

Une phrase intéressante à plus d’un titre...

Lire la suite

28/01/2011

RIMBAUD A ADEN ? / DOCTEUR DUTRIEUX : LA BARBE ET LES CHEVEUX

Une photo du docteur Dutrieux provenant de la photothèque de la société de géographie de Paris, hébergée à la bibliothèque nationale de France, a été présentée, tout récemment, à la presse par M. Bienvenu, provoquant quelques réactions ...épidermiques.

 

 

 

Lire la suite

25/01/2011

RIMBAUD A ADEN ? / PATRON, LA MEME CHOSE !

Amateurs de mythes, qui un jour, deux jours, plusieurs mois pour les plus masochistes, avez été abreuvés par cette histoire d’une photo retrouvée de Rimbaud, oyez la nouvelle : le poète à la culotte au large trou n’était pas sur la photo. « Rimbaud » n’était pas Rimbaud !

« Je est un autre » écrivait-il dans la lettre dite du Voyant; on aurait donc pu s’en douter !

Une page est en train de se tourner, celle du joli conte évolutif qui nous a été offert depuis le printemps dernier, nous présentant un Arthur Rimbaud, pris en photo, sur un coin de table d’Aden, en août 1880, à peine le pied posé sur la terre yéménite. Ce détail, déjà, n’aurait-il pas pu nous glisser la puce à l’oreille ?

Lire la suite

24/01/2011

RIMBAUD A ADEN : ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE ...(et tout plein de bonnes choses à votre dame)

Voici une réponse à deux articles excellents, très spirituels et surtout ô combien étayés (on a de toute évidence affaire à des spécialistes...en photos jaunies), intitulés : "la barbe !", articles mettant en cause (ou pas, allez savoir, car l'Humain est un animal prudent) l'identification de notre bon docteur tournaisien Pierre-Jospeh DUTRIEUX, en tant que barbu (à la tempe fort dégarnie) de la photo du "coin de table à Aden".

Inutile de préciser que leurs auteurs sont les tenants (et aboutissants) de la mythique version "Rimbaud on stage".

Lire la suite